Votre espace

Mardi 4 octobre 2011 2 04 /10 /Oct /2011 09:46

A peu près comme le Bécasseau minute mais avec un comportement plus calme, le Bécasseau de Temminck a un corps plus allongé avec la queue qui dépasse légèrement des ailes. Ses pattes jaunâtres sont aussi caractéristiques de l'espèce.  Il fréquente les lieux avec végétation plutôt que les plages, se nourrissant d'insectes, de vers qu'il trouve en fouillant la boue, la vase et n'hésite pas à plonger la tête sous l'eau comme beaucoup de limicoles. Il a fait une halte sur les ilots du parcours rouge avant de reprendre sûrement sa route vers l'Afrique du Nord, jusqu'au Sahara.

Texte et photos : Bernard CLAESSENS

10 - Octobre 4882 800

10 - Octobre 4892 800


Ecrire un commentaire - 7 réactions
Mardi 27 septembre 2011 2 27 /09 /Sep /2011 10:36

Les grandes marées de fin d'été - automne sont toujours un moment privilégié au Parc. Le spectacle est assuré par des milliers d'oiseaux : Huîtriers-pie, Courlis cendrés, Barges à queue noire, Avocettes élégantes, etc. qui arrivent par vagues successives au reposoir des postes n° 4 et 5.

C'est vraiment un spectacle magique dont on ne se lasse pas même après des années d'observation et quand  on voit la démonstration aérienne de vol synchronisé que nous "font" les Bécasseaux maubèche... c'est grandiose!

Ces marées font rentrer une grande diversité de limicoles en pleine migration. Outre ceux déjà cités, on peut observer quelques Combattants variés ainsi que le plus petit de nos bécasseaux, le Bécasseau minute... et le plus gros, le maubèche sans oublier le Bécasseau cocorli dont les ailes le mèneront, si tout va bien, de Sibérie au Cap en Afrique du Sud !

Texte et photos : Bernard CLAESSENS

BC_20110902_3.jpg

BC_20110831_2.jpg

BC_20110831_1.jpg


Ecrire un commentaire - 2 réactions
Mercredi 14 septembre 2011 3 14 /09 /Sep /2011 16:55

Même un objectif panoramique n'aurait pas suffi à photographier la colonie entière de Grands cormorans qui s'étaient alignés par centaines sur les berges du parc ce week-end. L'heure n'était pas à la sieste mais au contraire à une joyeuse partie de baignade collective d'où l'on entendait de loin leurs vigoureux battements d'ailes. A marée haute, m'expliquait un ornithologue, les cormorans viennent au parc dans les eaux douces se désaliniser dans le but de faciliter le séchage de leurs plumes avant d'exposer leur bol alimentaire au soleil et ainsi favoriser leur digestion. Côté esthétique, on s'étonne toujours de l'incroyable teinte vert-émeraude de leurs yeux et de leurs commissures jaune d'or qui contrastent joliment sur le plumage noir aux reflets vert-bronze et aux motifs écailleux.

Texte et photos : Isabelle DELLERE

ID 2011-09-03 03

ID 2011-09-03 01

ID 2011-09-03 02

ID 2011-09-03 04


Ecrire un commentaire - 3 réactions
Lundi 5 septembre 2011 1 05 /09 /Sep /2011 10:23

L’argiope frelon (Argiope bruennichi) - ou l’épeire fasciée - cette belle araignée, jaune et noire, bien présente dans notre région est originaire du bassin méditerranéen. Lorsque chaque matin elle tisse sa toile, elle la signe du stabilimentum, un reflet zigzaguant de soie scintillante, propre à cette espèce.

Le stabilimentum : c’est ce motif blanc en zigzag – bien visible sur les photos – qui contribue à attirer les proies du fait de sa grande brillance dans le spectre des ultra-violets que les insectes perçoivent (une des théories émise parmis d'autres), une autre zone de soie plus dense se trouve au centre de la toile.

Aux moindres vibrations des fils, elle se précipite sur sa proie - ici un criquet - et l’enveloppe dans un cocon. Ensuite, elle l’immobilise grâce à un venin paralysant. Comme chez les autres araignées, l’argiope dilue les chairs de sa proie, grâce à son venin et surtout les sucs digestifs qu’elle régurgite.

Elle est capable d’avaler quatre sauterelles ou autres criquets chaque jour ! En savoir +

Texte et photos : Guy SADET

GS_2011-08-19_01-copie-1.jpg

GS_2011-08-19_02.jpg

GS_2011-08-19_03.jpg

GS_2011-08-19_04.jpg


Ecrire un commentaire - 5 réactions
Mardi 30 août 2011 2 30 /08 /Août /2011 14:35

Énormes et spectaculaires agitations pour les premières grandes marées estivales de l’année, cette semaine au parc du Marquenterre. Avec de forts coefficients - compris entre 101 et 102 - de nombreux oiseaux n’ayant plus assez  d’espace en baie sont venus occuper en masse les îlots ou les prairies rases du parc.

Ce sont surtout les Huîtriers-pies, les principaux concernés car les vasières où ils évoluent et où ils trouvent leur nourriture sont totalement submergées.

Pour reprendre une expression remarquablement imagée par Philippe Carruette, responsable pédagogique : « … le restaurant de la baie étant fermé, ils viennent à l’hôtel du Marquenterre... »

C’est ainsi que l’on a pu compter pour la seule journée de lundi la présence de près de 6000 huîtriers (face au postes d’observation 4 et 5), ils étaient un peu moins nombreux le lendemain. Le même jour, 1280 Courlis cendrés , 635 Grands cormorans, 192 Spatules blanches, et un nombre impressionnant de Goélands argentés, tous positionnés sur l’immense prairie face au poste d’observation 7 ont été comptabilisés.

De nombreuses Barges à queue noire, Grands et Petits gravelots ont également été observés, mais en nombre plus restreint. Laridés, limicoles ou autres échassiers sont restés sur  place, le temps que les vasières de l’estuaire ne commencent à se découvrir.

Le rendez-vous est pris pour les grandes marées d’équinoxe les 28, 29 et 30 septembre prochains, avec des coefficients annoncés de 109 à 113. Il y aura du monde au balcon !

Texte et photos : Guy SADET

GS 2011-08-01 03

GS 2011-08-30 01

GS 2011-08-30 02


Ecrire un commentaire - 6 réactions

accueil_80.gif home-marquenterrenature-orange.png

Derniers Commentaires

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés