Jeudi 31 mai 2012 4 31 /05 /Mai /2012 17:10

C'est une question qui est souvent posée, à juste titre. Mais ne devrait-elle pas se poser différemment ? N'est-ce pas aux activités humaines de s'adapter à l'espace naturel ?

2008-10-18_NH_1.jpg

L'appellation de "parc" (du Marquenterre) peut en effet porter à confusion. Les parcs animaliers, zoologiques ou de vision sont des espaces ou établissements présentant des animaux captifs ou en semi-liberté.

Le Parc du Marquenterre, quant à lui, est constitué d'habitats naturels fréquentés d'une faune en totale liberté. Il a un rôle de reposoir pour de nombreux oiseaux mais aussi de site d'hivernage et de nidification au printemps. Les oiseaux se nourrissent principalement dans l'estuaire.

Des équipements (sentier et postes d'observation) ont été aménagés pour favoriser l'observation, tenant compte de la morphologie du site et des risques de dérangement.

 

Concrètement pour la photo ?

Les postes d'observation ont pour la plupart été disposés en hauteur de digue ne valorisant pas forcément les prises de vue en contre-plongée. Les petites ouvertures des postes excluent les gros téléojectifs (300 f/2.8 500 f/4) mais favorisent l'observation de proximité et minimisent les dérangements.

Néanmoins, les possibilités de photo sont nombreuses (le nombre de photos sur le blog l'illustre bien !).

 

Quelques conseils...

• Le parcours rouge est le plus adapté à la photo. Le photographe doit passer la majorité de son temps sur cette partie du parcours. Les photos de spatules avec branches, accouplements d'avocettes... sont relativement "faciles". Prendre le temps d'observer les lieux de nourrissage, de passages... puis se poster à proximité en restant sur le sentier, en bougeant le moins possible pour gagner la confiance des oiseaux. "Ce sont eux qui viendront vers vous, non l'inverse."

• La tenue de camouflage est inutile

• Les grosses optiques (300 f/2.8 ou 500 f/4) peuvent être utilisées aux poste 1, 6, 12 et actuel parcours rouge

• Éviter les gros weeks-ends d'affluence touristique (Pâque, Pentecôte...), préférer les lumières d'octobre à mars

• Venir dès l'ouverture du site muni du plan puis parcourir le site en sens inverse afin d'être "plus tranquille"

• Ne pas se focaliser sur l'oiseau en gros plan mais valoriser la photo par les ambiances et paysages du site

Alexander Hiley, Nathanaël Herrmann

 


 

 

Quelques photos prises dans le petit parcours le 22 juin aux horaires d'ouverture du Parc avec un 300mm F4, séance d'1 heure (photos non recadrées) :

Huitrier-Pie_NathanaelHerrmann-juin2012.jpg

NathanaelHerrmann_SpatuleBlanche_Juin2012.jpg

AvocetteElegante_NathanaelHerrmann_juin2012.jpg

AvocetteElegante_NathanaelHerrmann_juin2012_ParcMarquenterr.jpg


Ecrire un commentaire - 5 réactions
Retour à l'accueil

Commentaires

Bien d'accord avec vous. Il y a vraiment de quoi s'éclater en photo au parc ;-)) et le propre du photographe naturaliste est de s'adapter au milieu, non ?
Commentaire n°1 posté par Bruno DAVID le 31/05/2012 à 17h22
Excellent article, auquel j'adhère complètement.

Le respect, c'est à l'humain de l'avoir et de s'adapter a la nature.

Les ouvertures sont petites, certes, mais il n'est pas nécessaire de sortir son "tube" par ces dernières pour prendre des photos, car pour ces grandes focales l'angle de champ est faible 8° pour un 300, 6° pour un 400, etc..

Et puis en dehors des observatoires, il est fréquent de faire de superbe rencontre sur les chemins de liaison, de petits oiseaux, des lézards, des grenouilles, sans oublier nombre d'insectes. Il y a bien des occasions de remplir ses cartes...
Commentaire n°2 posté par Jacky Naëssens le 31/05/2012 à 19h49
A voir le nombre de photographes croisés sur les parcours, il semble que la réponse soit oui.
Commentaire n°3 posté par Christian le 31/05/2012 à 23h25
En effet même si le nombre de photos "jetées" en fin de journées sont nombreuses, les photos de bonnes qualités et avec de bons angles le sont aussi.
Je pense qu'on peut tout à fait faire les deux, gros plan (dès l'entrée) et environnement (tout au long des chemins). Il suffit de s'adapter sans déranger.
Nathalie
Commentaire n°4 posté par Nathalie le 05/06/2012 à 16h44
Pour certains oiseaux le bruit les aller et venue derange est ce que le marquenterre previent de cette consequance vitale pour les photographes pour que les oiseaux les oublient un peu car ceci reste des animaux sauvages qui nous prennent continuellement pour des predateurs
faut il dans le cas contraire q'un 500 mmm et un travail impossible en 300mm?
Commentaire n°5 posté par jp le 06/06/2012 à 21h54

L'ouverture d'un parapluie provoquera d'avantage de dérangement que l'utilisation d'un 300 mm. Non pas parceque le risque est plus grand mais parce que les oiseaux ne sont pas habitués ! Cette confiance s'établie avec le temps. Le parcours rouge en est la preuve : Echasses blanches à moins de 15 mètres, nidification d'Avocettes et Petits gravelots... grâce au respect des cheminements. Cette proximité se perd en saison hivernale avec des oiseaux plus farouches lié en grande partie à l'ouverture de la chasse. Le comportement des passereaux est identique dans un jardin de particulier avec ou sans chat !

Réponse de Réserve naturelle de la baie de Somme le 18/06/2012 à 10h52

accueil_80.gif home-marquenterrenature-orange.png

Derniers Commentaires

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés