Lundi 23 janvier 2012 1 23 /01 /Jan /2012 12:01

« Occasionnellement, je vous proposerai d'écrire un petit texte dédié à la photo. Pour commencer, une question qui nous est souvent posée, quel grossissement pour photographier les oiseaux... »

 

Laurent-Zagni.jpg

Laurent Zagni, guide naturaliste illustrateur

Le Parc n'est pas vraiment aménagé pour la photographie mais plutôt pour l'observation. Toutefois, les possibilités de photo sont nombreuses (il n'y a qu'à faire défiler toutes les pages de ce blog !!).


Les caractéristiques clé d'un objectif (ex:300mm f/5.6)

 - la focale indique le grossissement de l'objectif (en mm)
- l'ouverture indique la luminosité de l'objectif (exprimée avec un "f")

Le 50mm étant l'équivalent de la vision humaine, le 300mm aurait ainsi une multiplication de 6x. Les jumelles proposent souvent des grossissements de 8 à 10x. Les longues-vues utilisées par les guides grossissent jusqu'à 20, voir 50x d'où de nombreux ornithologues qui se sont mis à la digiscopie (appareil photo posé sur la longue-vue). Le grossissement minimum pour la photo semble être x10.

 

A quelle optique correspond un grossissement x10 ?

Nos anciennes pellicules photo standards avaient un format de 24x36mm. Ainsi un aggrandissement x4 (taille carte postale) donnait une taille de 10x15 cm. Le grossissement idéal de 10 nous amène donc à un objectif de 500mm (50mmx10) pour un budget allant de 4 à 12 000 € !!!

Ces standards ont changé (ouf !!!) depuis l'avènement de la photo numérique (excepté boitiers pro). Les pellicules ont été remplacées par le capteur qui convertit le rayonnement des lumières en données numériques. Le capteur étant coûteux à la fabrication, les marques ont proposé des tailles non conventionnelles, plus petites.

Exemple : le boitier Canon 60D de taille de capteur 14.9x22.3mm est 1.61x plus petit que le 24x36mm (36/22.3) ; le Nikon D5100 de taille de capteur 15.6x23.6 est 1.53x plus petit que le 24x36.

Ce changement de taille de capteur se répercute sur le grossissement de l'objectif. Un 50mm devient alors un 80.50 mm pour le 60D (x1.61). Un 300mm prendra la valeure de 459mm pour le D5100. Cette multiplication est avantageuse pour la photo animalière.

Ainsi dans ce nouveau standard qui représente la majorité des achats, un objectif de 300mm (en réel 483mm pour le 60D) semble être l'optique minimum. 480/50 = 9.66 qui se rapproche des 10x.

Si votre matériel le permet vous pouvez même y ajouter un multiplicateur de focale (accessoire intercalé entre le boitier et l'objectif) x1.4 x1.7 ou x2. Mais attention de ne pas en abuser... la qualité est fatalement dégradée et la luminosité amoindrie.

03012011-NathanaelHerrmann-foulque-macroule.jpg

Gallinule poule d'eau, hiver dernier - Nathanaël Herrmann (300F4 + multiplicateur 1.4x)

 

En pratique sur le Parc

Les très gros objectifs (500F4...) ne passent pas dans les ouvertures des postes d'observation, préférez donc des optiques plus modestes au diamètre maximum de 15 cm (taille du pare-soleil). Le trépied n'est pas utile (outre pour le confort) si les lumières sont suffisantes. N'ôtez jamais le pare-soleil qui protège l'optique des reflets. L'objectif ne doit pas dépasser les ouvertures du poste d'observation pour éviter tout dérangement.

Prochain article : photo animalière, photo naturaliste, photo souvenir de nature... y voir plus clair !

Nathanaël Herrmann

Tag : Photo animalière


Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés